Introduction

Le Secrétariat de la Communauté pour le Développement de l’Afrique Australe (SADC) a reçu le financement de la Banque Mondiale pour mettre en œuvre le Programme de Gestion Durable des Eaux Souterraines dans les Etats membres de la SADC.  Le premier objectif du programme est de mettre en place l’Institut de Gestion des Eaux Souterraines de la SADC (SADC-GMI) pour mener la mise en œuvre du programme.

Le projet conduit par la Banque Mondiale pour renforcer la gestion des eaux souterraines dans la région de la SADC est entré en vigueur le 30 juin 2015, l’objectif du projet réalisé par l’établissement et le fonctionnement de SADC-GMI.  Le projet est conjointement financé par le Global Environment Facility (GEF) et le fonds en fidéicommis multi-donateur Cooperation in International Waters in Africa (CIWA); et est stratégiquement géré par SADC Secretariat’s Water Division à Gaborone, Botswana.  Le SADC-GMI est abrité par Institute for Groundwater Studies (Université du Free State) à Bloemfontein, Afrique du Sud au nom du Secrétariat de la SADC.

World Bank

Global Environment Facility

SADC Secretariat

Cooperation on International Waters in Africa

University of the Free State

Institute for Groundwater Studies

Les eaux souterraines jouent un rôle significatif dans la région de la SADC, soutenant environ 70% des 250 millions de personnes qui vivent dans la région.  Certains Etats membres intègrent activement les eaux souterraines dans leurs politiques et lois de gestion de ressource en eau ; mais généralement les eaux souterraines ne figurent pas en évidence dans les cadres institutionnels pour gérer l’eau aux niveaux national et transfrontalier.  La Banque Mondiale reconnaît que les approches régionales à la gestion des eaux partagées peuvent fournir la sécurité améliorée de l’eau et la gestion plus durable.  Les nombreux défis auxquels la région fait face – en particulier dans le secteur de l’eau – sont mieux relevés par la coopération et l’intégration au niveau régional.  Le renforcement des initiatives et des institutions régionaux peut également contribuer à mettre fin à la pauvreté et à promouvoir la prospérité partagée.

L’objectif du projet est de soutenir la gestion durable des eaux souterraines aux niveaux national et transfrontalier à travers les Etats membres de la SADC.  Ceci doit être réalisé par l’établissement du SADC-GMI, prévu pour être un centre d’excellence pour la région.  L’établissement et le fonctionnement du SADC-GMI est financé par deux subventions qui s’élèvent à US$ 10.2 millions sur une période de cinq ans, après laquelle l’institut doit être autonome.  L’argent doit être dépensé sur quatre composants:

  • Opérationnaliser le SADC-GMI – US$2.8 million
  • Renforcer la capacité institutionnelle – US$1.5 million
  • Avancer la connaissance sur les eaux souterraines transfrontalières et nationales – US$3.0 million
  • Promouvoir la gestion et le développement d’infrastructure des eaux souterraines – US$2.9 million